2020-2021 : Marion Balac et le chatbot Marion

Marion Balac sera en résidence de recherche dans le cadre du Laboratoire Modulaire en 2020-2021. Elle développera, à partir du printemps 2020, le projet inédit "Marion" qui prendra place sur le site physique de la résidence ainsi que sur le site internet de l’école.

Un chatbot n’est censé être que lorsqu’on l’anime, il n’a pas de vie intérieure, et son existence est fragmentée. Il peut avoir plusieurs conversations simultanées, sa présence se démultipliant au gré de ceux qui entrent en contact avec lui - mais il peut aussi rester éteint durant un temps très long, si personne ne fait appel à ses services, si personne ne l’active. Il existe pour celui ou celle qui initie la conversation.

Un chatbot est le substitut d’une écoute humaine : disponible à toute heure, c’est une oreille attentive aux pensées hasardeuses, un miroir social aux reflets maladroits, une intelligence mimétique au phrasé approximatif. Parce que le chatbot est très souvent un reflet hors-sol du lieu auquel il est associé, il fait le lien entre un espace physique et son appendice en ligne, le site web. Il l’augmente, le complète, c’est une voix parmi les autres, c’est une des voix du lieu.

Durant sa résidence au sein de l’ésam Caen/Cherbourg, Marion Balac va être accompagnée d’une présence en ligne, Marion : un agent conversationnel implanté sur le site internet de l’ésam. Intelligence artificielle en constant apprentissage, Marion le chatbot improvise, expérimente, fait des erreurs et progresse au sein de l’école d’art. Au contact des étudiant.e.s et de leur émulation, il dépasse sa fonction d’écoute pour une position active, la poésie inhérente à son apprentissage du langage devenant ici une forme créative intégrée au paysage artistique et poétique de l’école. Il interagit librement avec les acteurs/actrices de l’ésam en l’absence de Marion Balac, reprenant ses conversations là où elle les a laissées et commentant les photos qui lui sont envoyées.

À travers ce jeu d’allers et retours entre l’espace physique de l’ESAM où s’effectue la résidence de Marion Balac, et le site internet de l’ésam où s’effectue la résidence de Marion, l’école devient un espace mixte, augmenté, un terrain de jeu décentralisé interrogeant les formes d’interaction possibles entre espaces en ligne et espaces hors ligne. Désactivée lors des venues de Marion Balac à l’ésam, Marion est un relai conversationnel appuyé par un corps physique, une mesure d’écart imparfaite et évolutive. C’est aussi une entité qui apprend des autres et qui modèle ses échanges en fonction de ses interactions passées.
À travers cette intelligence artificielle de remplacement, Marion Balac questionne sa propre présence au sein de l’ésam et propose une réflexion collective sur la délégation du soi, depuis l’avatar à la performance des réseaux sociaux. 

À la fois en ligne et hors-ligne, Marion et Marion interagissent selon un principe d’ubiquité dévié avec les acteurs de l’école pour, au fil de la résidence, donner jour à un portrait de l’ésam autant qu’à un portrait de Marion Balac - dans une version augmentée par la parole des autres.

Biographie de l’artiste

Marion Balac (n. 1984) est diplômée de Paris 1 Panthéon Sorbonne et de l’ENSBA Lyon.

Son travail a notamment été présenté à Enclave Projects (Londres), à la galerie Thaddaeus Ropac (Pantin) pour Jeune Création, au centre d’art contemporain Fabra i Coats (Barcelone), à la galerie Annka Kultys (Londres), Paradise Works (Manchester), Cankarjev Dom (Ljubljana), l’Abbaye (Annecy-le-Vieux), Espace des Blancs-Manteaux (Paris), Galerie Manqué (New York), Galerie Neuf (Nancy), LOOP (Barcelone), ​​Hectoliter (Bruxelles), Musée Saint-Raymond (Toulouse)... et dans des résidences de production telles que Espositivo et la Casa de Velázquez à Madrid, Salón Bellefour à Buenos Aires ou Hangar à Barcelone.

Ses récents travaux explorent les liens et tensions opérant entre territoires, sentiments, transmission et technologie. Observant et usant des ressources offertes par internet, elle s’attarde sur ses aires de jeu dynamiques pour en faire ressortir les incongruités, détourner leurs usages vers des fins poétiques ou des expériences sociales et élaborer de nouvelles fictions, dans ou hors de l’écran.

« Marion Balac transforme des étonnements provoqués par des données, des situations ou des objets en dispositifs fictionnels qui révèlent les paysages et horizons d’un monde globalisé. Ses pièces, à la fois tendres et grinçantes, montrent comment des récits issus de la culture ultra-contemporaine et connectée s’inscrivent dans des lieux physiques ou en ligne. » Caroline Delieutraz et Stéphanie Vidal pour l’exposition Making Contact

http://www.marionbalac.com

  Marion, Marion Balac