[]

/ Schéma des études / DNSEP1 option Design mention Editions / PROJET PLASTIQUE / Le livre d’images

Le livre d’images

Muriel COUTEAU

Site de Caen

Objectifs

  • Depuis les histoires du cinéma, en passant par Notre musique (2004), Film socialisme (2010), Adieu au langage (2014) et jusqu’au Le livre d’image (2018), proposer une expérience d’immersion (et d’appropriation) de l’œuvre de Jean-Luc Godard autour du collage, de la citation et du devenir livre du film ;
  • Approcher la pratique de la citation et les procédures de montage d’image et de montage de textes entre poésie et politique chez Godard : comment faire le lien entre des images qui portent des temporalités différentes ? Comment passer d’une image à une autre ?
  • Aborder les notions d’esthétique et de politique des images

Contenu

Fabriqués à partir d’extraits de films, d’archives, de tableaux, de reportages télé, de fragments textuels ou musicaux, dans son dernier film, le livre d’image, Jean Luc Godard se détourne du tournage pour donner au montage le pouvoir de penser les images non comme illustration mais comme matière même d’un discours, comme image de la pensée.
Le montage chez Godard est devenu une écriture tandis que le film adopte la composition par chapitres d’un livre évoquant la guerre, l’amour, l’ailleurs, la loi, l’impossible innocence.
Dans la filiation du collage et du cut-up, il monte à partir d’un matériel préexistant, des images des textes et des sons qu’il a transformé en composant et en décomposant leurs rencontres en constellations de signes, « une saturation de signes magnifiques baignant dans la lumière de leur absence d’explication » (selon l’expression de Manuel de Oliveira citée par Godard). Ces éclats d’une noirceur extrême venus du chaos du monde brillent d’une étrange puissance picturale et politique car « même si rien ne devait être comme nous l’avions espéré, cela ne changerait rien à nos espérances. Elles resteraient une utopie nécessaire »

Méthode d'enseignement

Atelier - Ateliers d’écriture - Extraits de films et de documents audiovisuels.
Sandra Moussempès nous accompagnera deux jours pour expérimenter le lien poésie/cinéma : Il sera donc question d’écrire sur les "découpés visuels", plans séquences matérialisés sous forme de fragments. En quoi le cinéma devient-il support métaphorique de l’écriture, passant de l’image muette à la bande son ?

Evaluation

Participation et invention d’une traduction de l’atelier dans l’espace de la mention

Références

  • Jean-Luc Godard, JLG/JLG, Autoportrait de décembre, P.O.L, 1996 ;
  • Jean-Luc Godard et Anne Marie Miéville, 2 X 50 ans de cinéma français, P.O.L, 1998 ;
  • Histoire(s) du cinéma, Gallimard/Gaumont, 1998 ;
  • Jean-Luc Godard Film Socialisme, Dialogues avec visages auteurs, POL, 2010 ;
  • Jean-Luc Godard Eloge de l’amour, P.O.L, 2001 ;
  • Jean-Luc Godard, par Jean-Luc Godard, Les écrits sur le cinéma. Tome II (1984-1998) ;
  • Saad Chakali, suivant, Jean-Luc Godard dans la relève des archives du mal, L’Harmattan, 2017 ;
  • Georges Didi-Huberman, Passés cités par JLG , Editions de Minuit, 2015 ;
  • Jean-Luc Godard son + image 1974-1999, Raymond Bellour et Maru Lea Bandy (dir.), The Museum of Modern Art of New York, 1992 ;
  • Jean-Luc GODARD, JLG/JLG, phrases, P.O.L, 1999 ;
  • Nicole Brenez, David Faroult, Michael Temple, James Williams, Michael Witt, Jean-Luc Godard : documents, Centre Pompidou, 2006 ;
  • Bamchade Pourvali, Godard neuf zéro, les films des années 90 de Jean-Luc Godard, Atlantica-Séguier, 2006 ;
  • S. Liandrat-Guigues & J. L. Leutrat, Godard simple comme bonjour, L’Harmattan, 2005 ;
  • Alain Bergala, Nul mieux que Godard, Cahiers du cinéma, 1997 ;
  • « Où en est le God-Art ? », Collectif sous la direction de René Prédal, CinémAction n°109, CHARLES CORLET, 2003 ;
  • Sandra MOUSSEMPES, Cinéma de l’affect (Boucles de voix off pour film fantôme), éditions de l’Attente, parution 2020.

 // DNSEP  - Semestre 8  // Design  mention Éditions  //  credits ECTS : 2