« La terre »

Atelier pour tous
proposé par Florence Necken

Techniques libres (dessin/couleur, peinture, collage, modelage, volume, photographie, performance…).
 
Je vous propose de prendre un temps pour questionner votre rapport à la terre.
Songez à ce qu’elle évoque pour vous, aux premières images et aux sensations qu’elle peut susciter en vous.
Je vous invite à déployer une recherche plastique dans laquelle vous mettrez en jeu votre lien avec la terre (ou notre planète Terre). 
Il s’agira d’explorer vos ressentis et de réfléchir à ce que vous voulez exprimer et partager.
Vos travaux pourront être menés à l’aide de techniques mixtes : vous pouvez mélanger plusieurs matériaux ou médiums (peinture et collage par exemple…). 
Réfléchissez aux moyens que vous allez employer pour traduire ce que la terre peut convoquer. Prenez le temps de choisir le(s) bon(s) médium(s), les outils et matériaux les plus adaptés. Essayez de penser aux effets que vous voudriez créer, à ce que vous souhaiteriez nous donner à voir, à ressentir et à réfléchir.

Quelques pistes pour vous aider à cheminer :

  • On peut penser aux questions environnementales, aux enjeux écologiques actuels.
  • Les jardiniers.ières peuvent s’appuyer sur leur expérience. Ils se passe beaucoup de choses quand on a les mains dans la terre.
  • On peut envisager la terre en tant que matériau. Vous pouvez choisir de travailler l’argile (le modelage) ou d’aller à la rencontre d’une terre argileuse en extérieur, de travailler le sable.
  • Pensez aux œuvres des artistes du Land art : Richard Long, Robert Smithson, Michael Heizer…
  • N’hésitez-pas à vous tourner vers les origines de l’art : l’utilisation des pigments terre notamment. Vous pouvez convoquer les peintures rupestres, l’art de la préhistoire, la culture aborigène… 

Vous pourriez trouver des éléments de réflexion en lisant les définitions précises du mot terre.

Et enfin, voici une référence précieuse pour une immersion plus profonde dans le sujet : La Terre et les rêveries de la volonté, Gaston Bachelard, 1948. G. Bachelard est le premier philosophe à avoir choisi « l’imagination de la matière » comme principal sujet de recherche.