« Le potentiel des jus de plantes »

Atelier pour tous
proposé par Sylvie Caty

Vous n’avez plus de gouaches, ni d’acryliques : Une solution.
Le potentiel des jus de plantes.

Nous connaissons tous la vertu des plantes sauvages, fruits et légumes, riches en vitamines, oligo-éléments, antioxydants ou enzymes, on en extraits des jus pour se soigner.

Et si pour soulager notre besoin de peindre nous utilisions ces jus ? Une occasion de découvrir, de se familiariser avec la transparence, la légèreté, la fragilité, la fugacité, l’éphémère dans la peinture.

Extraire le jus des plantes ou récupérer l’eau des cuisons, les mettre dans de petits récipients. Bien évidemment, vous imaginez bien que l’opacité ne sera pas au rendez-vous. Le résultat sera très liquide et parfois très peu teinté, voire pâle un peu comme si toutes ces couleurs étaient en latence ou en léthargie, prêtes à se réveiller, comme si un corps se laissait traverser par la lumière. Nous pouvons à peine la voir mais nous la sentons, ressentons. C’est un art de l’écoute.

Lorsque nous cuisons des betteraves rouges, l’eau est puissamment colorée. Voyez aussi le jaune tenace que nous avons sur les mains lorsque l’on cueille des pissenlits et la pureté du jaune du renoncule bouton d’or.

Voyez la délicatesse du rose framboise qui illumine nos lèvres, la manière dont les enfants se barbouillent la bouche de jus éclatant de fraises ?

Vos productions plastiques seront, vous n’en doutez pas, douces et délicates.

Ces peintures auront dans le temps une brève existence puisqu’il n’y a pas d’agents conservateurs, c’est pourquoi soyez attentif à tous les gestes que vous allez faire, vivez les avec pleine conscience, avec bonheur, savourez l’instant.

Rien ne vous empêche d’utiliser d’autres jus, le jus de chaussettes par exemple ?

Pour donner un sens au choix de cette technique, vous pouvez prendre comme sujet la plante dont vous avez extrait le jus.

Allez, on se tient au jus ?

 

Références : 

  • Martina Krcmar (naturopathe, journaliste), Le guide des jus de santé, Éditions Guy Trédaniel, 2011 ;
  • Bernard Lafargue (dir.), Figures de l’art n°12 : L’art de l’éphémère, Librairie philosophique J.Vrin, 2006 ;
  • Les artistes : Thomas Ferrand, Olivier Darné, Anna Maria Maiolino ("Street- performance"), Pier Paolo Calzolari (Sculpture sur glace) et, pour ses merveilleuses aquarelles, William Turner.
  # Grand public / 2019-2020 / A la maison / #5
  # Grand public / 2019-2020 / A la maison / #5