« Mettre l’eau à la bouche... et perdre du poids »

Atelier pour tous
proposé par Sylvie Caty

Des œuvres pour saliver.

Ne me dites pas que ce moment de confinement n’est pas celui de l’excès de friandises, pâtisseries, confiseries de toutes sortes. 

Alors pour éviter que la balance soit l’objet de votre désastre corporel et pour vous mettre la main à la pâte (plastique), je vous propose un petit exercice de supplice : retenir le temps avant de les engloutir. 

Déposez devant vous ces joyeusetés sucrées et munissez-vous d’une feuille de papier, de crayons de couleurs ou peinture.

Observez-les en premier lieu. Déjà, vous devez un peu saliver. Regardez et évaluez leurs volumes, leurs matières, leurs couleurs et essayez de les reproduire le plus fidèlement possible. Le temps de les dessiner, de préparer vos couleurs, vous avez dès lors évité d’en avaler deux, trois. Lorsque vous considérez que le dessin ou la peinture reflète bien les propriétés, les qualités de votre modèle et que vos papilles sont bien excitées alors là, oui, votre objet du désir tant convoité sera bien mérité. Vous pouvez délicatement l’enlever du décor, le porter à la bouche et le savourer en toute bonne conscience. Vous allez voir, le goût ne sera pas le même et le plaisir sera au top !

Vous pouvez bien sûr prendre un petit carnet à dessin au lieu d’une feuille et le remplir au fur et à mesure de vos tentations.

Quelques références :

  • les artistes Natacha Lesueur, Jana Sterbak et Félix Gonzales Torres, le eat-art ou food-art ;
  • à lire : Le dîner de Babette de Karen Blixen, éditions Gallimard ou en poche ;
  • les films : Le festin de Babette de Gabriel Axel et La grande bouffe de Marco Ferreri, La tarte à la crème de Pierrick Sorin.